Axe 2 : Représenter les intérêts sociaux

Responsables : Nicolas Kaciaf, Rémi Lefebvre, Aude Lejeune

L’axe 2 vise à questionner les modalités contemporaines de conversion des intérêts sociaux en intérêts politiques. Il s’agit plus précisément de se demander dans quelle mesure le contexte de « crise » du lien électoral s’accompagne d’une accentuation de l’emprise des professionnels et des catégories sociales dominantes sur les activités politiques, ou, au contraire, d’une « horizontalisation » des rapports politiques à travers le développement des dispositifs participatifs, l’émergence de nouvelles formes de mobilisations sociales et l’appropriation croissante des technologies numériques qui favorisent le contournement des états-majors et appareils partisans traditionnels, la diversification des prises de parole et l’avènement de nouveaux vecteurs d’expression et de circulation des idées. Les projets de recherche que rassemble ce deuxième axe partagent ainsi le souci de caractériser l’évolution de l’ordre démocratique, au prisme des acteurs qui entendent peser sur le devenir de nos sociétés, des ressources matérielles et idéelles qu’ils mobilisent et des rapports de pouvoir qui structurent leurs relations.

2.1. Les acteurs de la représentation politique

Les acteurs du jeu politique et les dynamiques de la représentation politique constituent un champ de recherche traditionnel du CERAPS que l'unité cherche à prolonger et à approfondir tant sur le plan du personnel politique et des élites, de l'analyse des organisations partisanes et des formes de participation institutionnelle (comportements politiques et dispositifs de démocratie participative).

2.2. Rapports de domination et résistances : mobilisations formelles et informelles

Un deuxième sous-axe de recherche porte sur les mobilisations sociales et politiques. Ces travaux analysent des activités et rapports sociaux qui ne se présentent pas explicitement comme politiques, tels que les rapports de genre ou de classes. Ils interrogent les conditions qui permettent à des groupes sociaux socialement minorés, opprimés ou discriminés d’adopter une lecture politique des rapports de dominations, ainsi que sur les formes de politisation et de mobilisation qui en découlent. Dans le cadre de ces différents projets, les chercheurs du CERAPS analysent et comparent plusieurs contextes sociaux et politiques (tels que la France, le Canada, les Etats-Unis, l’Angleterre ou le Brésil) et font jouer les échelles d’analyse (le quartier, la ville, le pays).

 

2.3. Circulation et appropriation des idées politiques, entre productions idéologiques et représentations médiatiques

Le troisième sous-axe de recherche questionne les transformations des modalités de production, de circulation et d’appropriation des représentations et des idéologies politiques, au regard des métamorphoses des technologies médiatiques, des acteurs qui les mobilisent et des usages qu’elles rendent possibles.